Expertise terrain

Expertise terrain

Le service terrain du CESP est constitué du Responsable terrain et de trois Inspecteurs terrain.
 


L’inspecteur au CESP

L’inspecteur terrain fait des propositions d’ordre méthodologique : formulation de questions, complément de consignes, etc.
Il est présent aux séances de formation des enquêteurs sur le terrain, veille à l’homogénéité des consignes données aux enquêteurs et au respect de leur application sur le terrain, il rédige les comptes rendus des contrôles.
Il participe aux réunions du Comité Scientifique traitant des audits pour lesquels il intervient.

L’inspecteur terrain fait le lien entre le recueil de l’information et l’analyse des résultats.


Les contrôles effectués par les inspecteurs sont de nature différente suivant le type d’étude auditée.


Type d’étude


Les études téléphoniques

Contrôle sur le site de l’institut chargé de réaliser les interviews. Ecoute de l’intégralité des échanges entre l’enquêteur et la personne interrogée par le biais d’un poste de téléphone, et suivi du visuel via un écran reproduisant les saisies de l’enquêteur écouté. L’avantage de cette proximité est la possibilité d’intervenir directement afin de corriger les erreurs avant la validation du questionnaire et de compléter la formation de l’enquêteur par un petit "débriefing" après l’écoute. Le contrôle en direct des études téléphoniques permet aussi un suivi du taux de réponse qui est un indicateur important de la qualité d’un échantillon.
Il existe une autre forme de contrôle consistant en l’écoute d’interviews enregistrées par l’institut. Cette méthode est très peu utilisée au CESP car elle n’a pas les avantages de l’écoute en direct et l’écoute de la phase de recherche.


Les études face à face

Contrôle consistant à accompagner un enquêteur tout au long de la journée ou de la mission. Là encore, les éventuelles erreurs peuvent être évitées ou corrigées en temps réel, puis donner lieu à un rappel des consignes de l’étude. Ces accompagnements permettent par ailleurs de mesurer la difficulté qu’il y a à recruter en porte à porte. Les études face à face sont également contrôlées a posteriori par des rappels téléphoniques auprès des personnes ayant répondu à l’enquête ou par contre-visite lorsque la personne recherchée n’est pas retrouvée par téléphone.
Le contrôle postal reste une dernière possibilité. Le principe est simple, il consiste à envoyer une lettre à la personne recherchée contenant un formulaire à compléter, et une enveloppe affranchie pour le retour du courrier. Ce contrôle sommaire permet de vérifier que l’interview a bien eu lieu, mais n’a pas la même valeur que les deux autres types de contrôle (moins d’informations vérifiées).


Les études auto-administrées

Le contrôle se fait par téléphone, ou par contre visite. Il permet de vérifier l’identité de la personne interrogée. Le contrôle consiste ensuite à vérifier que les réponses correspondent bien à la réalité (renseignements signalétiques, équipement du foyer, mode de vie, etc.). Ces études sont réalisées avec ou sans intervention d’un enquêteur.